Portail Milieu Professionnel

Traitements médicamenteux cannabis

Traitement du syndrome de sevrage : Un sujet dépendant au cannabis présente des signes de sevrage particuliers (les deux principaux sont l’irritabilité et les troubles du sommeil).Ils apparaissent au bout de 2 à 5 jours après l'arrêt de la consommation et peuvent être traités par un anxiolytique type Hydrozine ou un hypnotique de courte durée. On prescrira parfois un neuroleptique sédatif…

Traitement du syndrome de sevrage :

Un sujet dépendant au cannabis présente des signes de sevrage particuliers (les deux principaux sont l’irritabilité et les troubles du sommeil).Ils apparaissent au bout de 2 à 5 jours après l’arrêt de la consommation et peuvent être traités par un anxiolytique type Hydrozine ou un hypnotique de courte durée. On prescrira parfois un neuroleptique sédatif en cas de consommation importante.

Voici une liste de traitement médicamenteux pour le sevrage :

  • Le Bupropion, qui agit en tant qu’antidépresseur inhibant sur la recapture de la dopamine et de la noradrénaline, il a notamment déjà démontré son effet dans la dépendance tabagique.
  • La Naltrexone, utilisée davantage pour la dépendance alcoolique réduirait les effets positifs du cannabis
  • Le Divalporate de sodium est un anticonvulsivant qui permet de diminuer les envies de cannabis.
  • Le THC oral (encore en étude) est une piste prometteuse, il permettrait de réduire l’anxiété, la tristesse, l’insomnie, les frissons et les accès du craving. Le cannabis étant illégal, les recherches sur ce produit sont toutefois limitées.
  • La Mirtazapine, antidépresseur, permet d’améliorer l’humeur au moment du sevrage. Elle atténue aussi les troubles du sommeil, l’anxiété et l’irritabilité.

Prévention des rechutes et maintien de l’abstinence

Aucune molécule n’est pour l’instant autorisée pour le traitement de la rechute ou du maintien dans l’abstinence. Quelques traitements ont cependant fait l’objet de recherches qui pourraient s’avérer prometteuses :

  • Le Rimonabant est antagoniste des récepteurs endocannabinoïdes CB1 . Il a été testé dans les suites du sevrage de cannabis. Il semble diminuer les effets de l’intoxication cannabique et pourrait donc favoriser l’abstinence.
  • La Buspirone atténuerait l’anxiété, le craving et l’irritabilité. Ces données reposent cependant sur des recherches anciennes et n’ont jamais été confirmées.

Si vous souhaitez avoir accès à des connaissances plus scientifiques sur le sujet, cliquez sur En savoir plus