» retour

ADDICTIONS ECRANS / 3 heures et c’est le risque de diabète et d’obésité pour l’enfant

Selon les dernières données, 45% des enfants âgés de 8 ans et 80% des jeunes de 16 ans dépassent aujourd’hui les limites recommandées de temps d’écran, soit 2 heures par jour. Or l’utilisation prolongée d’écrans par les enfants est associée à des effets indésirables sur la santé physique et mentale, bien documentés, dont la sédentarité et l’obésité et/ou le risque accru de dépression et d’anxiété. Cette étude confirme à nouveau le risque de diabète, chez l’enfant, au-delà de 3 heures quotidiennes passées devant l’écran. Des conclusions présentées dans les Archives in Disease for Childhood qui révèlent précisément une association dose-dépendante entre le temps d’écran, la graisse corporelle et la résistance à l’insuline. A l’âge de 10 ans.

Les lignes directrices américaines sont claires, elles recommandent de limiter le temps d’écran chez les enfants, en particulier chez les petits, âgés de 5 ans ou moins : à 1 heure pour les enfants de 2 à 5 ans et ensuite au cas par cas, temps à évaluer par les parents. Ces chercheurs britanniques vont dans le même sens en confirmant un lien entre 3 heures ou plus de temps d’écran et les marqueurs de risque de diabète de type 2, plus tard dans la vie.

Copyright © 2017 alliedhealtH www.santelog.fr

Consulter l’article entier sur santelog.fr en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ADDICTIONS AUX ECRANS / Ce que tous les parents devraient savoir : avis d’un expert

Si vous avez déjà vu les yeux vitreux d’un enfant qui regarde une troisième heure de dessins animés, ou que vous avez dû lui arracher des mains un dispositif de jeu alors qu’il vous supplie de le laisser terminer ce niveau de la partie, vous savez pourquoi le temps d’écran est un problème. Toutefois, les inquiétudes relatives au temps d’écran des enfants vont au-delà des crises de colère et des disputes.


Le 27 Fév 17
Revue de presse

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Quand l’usage du smartphone risque de virer à l’addiction

Accros aux mobiles. Nous le sommes tous plus ou moins. Reste à savoir à quel point, et s'il faut s'en inquiéter. C'est dans cette optique que sont nées il y a seize ans, sous l'impulsion de l'écrivain Phil Marso (auteur entre autres de romans en langage SMS), les « journées sans portables ». Devenues de facto des journées sans smartphones, elles ont lieu du 6 au 8 février. Le défi lancé paraît difficile à relever, tant ils occupent désormais une place centrale dans nos vies .


Le 08 Fév 17