Portail Milieu Professionnel

Y'a t'il un lien entre capacités d’autocontrôle et rapidité de réponse à une notification sur son téléphone portable ?

Les auteurs de cette étude ont décidé d’investiguer les capacités d’autocontrôles des participants en lien avec leur utilisation réelle de leur téléphone portable (par ex le temps entre l’alerte et l’ouverture du téléphone portable).

Autres

De nos jours, la majorité des adolescents et des adultes possèdent un téléphone portable. Nous avons tous des exemples de gens qui utilisent ceux-ci au quotidien, en permanence dans les transports en commun, au restaurant, au cinéma ou bien encore dans les repas de famille. De plus, quelques expressions telles que « ton téléphone est greffé à ta main » ou bien encore « si tu sortais du monde virtuel pour revenir parmi nous » font de plus en plus partie de notre langage courant.

Le téléphone portable tel qu’on le connait actuellement nous permet une multitude de fonctionnalités autre que simplement téléphoner ou envoyer des messages avec par exemple le fait d’aller sur internet, sur les réseaux sociaux, gérer ses comptes bancaires et bien d’autres encore. Cette accumulation de possibilités amène la potentialité d’être distrait à tout instant par une alerte, un bip, un émoticône, ou bien d’autres signaux visuels ou sonores ; ceci perturbe notre vie « offline ».

Lorsque l’on regarde la littérature scientifique sur le sujet, on se rend compte que l’utilisation excessive du téléphone portable est associé à des événements négatifs chez les utilisateurs (perte de contact avec autrui, utiliser son téléphone lorsqu’on conduit, avoir des dettes, …). Les auteurs de cette étude ont décidé d’investiguer les capacités d’autocontrôles des participants en lien avec leur utilisation réelle de leur téléphone portable (par ex le temps entre l’alerte et l’ouverture du téléphone portable). Leur hypothèse est qu’une faible capacité d’autocontrôle va amener l’utilisateur à répondre plus rapidement à son téléphone portable. Les auteurs ont recrutés 108 étudiants suisses.

Les résultats de cette étude confirment leur hypothèse. Ce résultat reste significatif en contrôlant pour l’âge, le sexe et les variables de personnalité (BIG-5). Cette étude met en évidence l’importance des capacités d’autocontrôle en lien avec l’utilisation du téléphone portable. Ces résultats mettent en évidence l’importance des composantes liées à l’impulsivité en lien avec une utilisation problématique des téléphones portables. Le côté positif qu’on peut retirer de cette étude est le fait qu’on sait intervenir sur les capacités d’autocontrôle en prise en charge psychothérapeutique via différents axes comme par exemple prendre conscience de comment nous fonctionnons ce qui amènera à reprendre le contrôle sur ces comportements.

Par Gaëtan Devos

En savoir plus

À lire aussi