Portail Milieu Professionnel

Les addictions comportementales chez les patients atteints de trouble bipolaire : une revue systématique publiée dans European Neuropsychopahrmacolog

Les addictions comportementales (AC) sont associées avec la survenue de nombreux troubles psychiatriques. Cette revue de littérature fait le focus sur la comorbidité entre les AC et les troubles bipolaires (TB).

Autres

Les addictions comportementales sont associées avec la survenue de nombreux troubles psychiatriques. Une revue de la littérature fait le point sur une comorbidité, moins connue, entre les addictions comportementales et les troubles bipolaires.

Les auteurs retrouvaient sur différentes études des pourcentages variables de comorbidité entre TB et AC, en fonction notamment du type d’AC, avec un classement dans l’ordre décroissant au sein d’une population avec TB : jeux pathologique (entre 2-68% vs 3% en population générale), kleptomanie (4-75%), achat compulsif (7-8% vs 3,1% en population générale). De façon plus globale au sein d’une population avec TB la prévalence d’AC toute confondue variait de 3 à 33%. Alors qu’au sein d’une population avec une AC, la prévalence du TB variait de 1 à 68%, avec un risque multiplié entre 1,5 à 4 d’être diagnostiqué bipolaire. La grande variation des prévalences est dû au fait de l’hétérogénéité des études, et parfois du faible nombre de patients inclus. L’interprétation des résultats doit donc être prudente. Certains auteurs suggèrent que les AC ont un rôle adaptatif pour atténuer l’impact des variations thymiques du TB.

La sévérité du TB était plus grande en présence d’une AC. En effet dans ce groupe de patients, une plus grande impulsivité, avec une majoration des comportements suicidaires ainsi qu’un début des troubles précoces étaient retrouvés. Par ailleurs un début précoce du TB ainsi que le sexe masculin était retrouvé comme facteur de risque de développer une AC, pouvant souligner l’intérêt de traitement précoce préventif. Peu d’essais thérapeutiques randomisés ciblent cette population comorbide. Une seule étude randomisée de Mc Elroy et al en 2008 ne retrouvait pas d’efficacité de l’olanzapine au sein d’une population avec TB et jeu pathologique. Cependant des études observationnelles peuvent suggérer l’efficacité des stabilisateurs de l’humeur pour traiter les deux pathologies.

L’existence de cette comorbidité entre les TB et les AC augmentant la sévérité des deux troubles, est en phase avec le concept actuel de « diagnostic double » (« dual diagnosis »). En pratique, ce type de constat suggère au clinicien d’être à la recherche de ces comorbidités au sein de ces populations de façon plus spécifique.

Par Mikaïl Nourredine
interne en psychiatrie, DESC de pharmacologie
Service Universitaire d’Addictologie de Lyon (SUAL)

& Benjamin Rolland
MCU-PH, Responsable de Service
Service Universitaire d’Addictologie de Lyon (SUAL)

En savoir plus

À lire aussi