» retour

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Addictions sans substance : mythe ou réalité clinique ?

Accro au porno, addict aux paris en ligne, fana du jeu vidéo… et pourquoi pas chocolatomane, grand maniaque du sport ou du jardinage. Jusqu’où va l’addiction ? Abuse-t-on du langage lorsqu’on parle de ces dépendances sans substances, quand on sort du cadre de la consommation des drogues pures et dures ? La question était au cœur d’une présentation au congrès de l’Albatros, rendez-vous scientifique autour des addictions qui s’est achevé à Paris vendredi dernier.

Elle est aussi au centre des discussions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui remet à jour sa classification internationale des maladies (ICD-11) et souhaite inclure dans la liste des pathologies mentales les troubles liés à l’usage excessif des jeux sur Internet. L’agence planche sur les addictions comportementales, sans produits, et se confronte à toutes les difficultés de l’exercice – car si tout est addiction, rien ne l’est vraiment.

Similarités

L’addiction aux jeux d’argent et de hasard (JAH), eux, ont fait leur apparition en 2014 dans le DSM-5, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux établi par l’Association de psychiatrie américaine. « Classifier le jeu pathologique (gambling disorder) comme une addiction aux substances facilite le diagnostic et le traitement », a plaidé à l’estrade Marc Potenza, qui participe par ailleurs aux groupes de travail de l’OMS.

Ces deux formes de dépendances – aux jeux d’argent et aux drogues (alcool, tabac cannabis, cocaïne …) – partagent plusieurs points communs, a-t-il détaillé dans sa présentation. La co-occurrence des deux consommations est fréquente, les parcours cliniques des patients, similaires : accoutumance, tentatives répétées de sevrage, rechutes, envie (urge), manque (craving)…

« Des travaux ont montré des ressemblances au niveau de la prise de risque et du système de récompense », a poursuivi le chercheur. Les deux profils de patients manifestent également des similitudes neurobiologiques ; des traitements médicamenteux contre l’alcoolisme ont pu être efficaces dans l’addiction aux JAH, et les thérapies psycho-comportementales, utilisées dans les troubles liés aux substances, fonctionnent bien sur le jeu compulsif.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Vidéo

Mon ado est-il dépendant d’Internet ? – Dr Sophia Achab

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Mon ado est-il dépendant d’internet ? Dr Sophia Achab

Le psychiatre Sophia Acab, revient sur les addictions aux écrans chez les jeunes et donne des éléments d'informations et des conseils aux parents pour identifier correctement un usage problématique des écrans.


Le 15 Sep 17