Relations inappropriées du joueur au jeu vidéo dans le cadre du jeu problématique et le trouble d'usage du jeu vidéo : revue systématique

Jeux vidéo
Addiction Jeux vidéo - Relations inappropriées du joueur au jeu vidéo dans le cadre du jeu problématique et le trouble d'usage du jeu vidéo : revue systématique

On sait que certaines vulnérabilités chez les joueurs augmentent le risque de troubles liés au jeu vidéo (Gaming Disorder)/GD). Mais on a peu étudié la question des relations inappropriées du joueur avec le jeu dans le GD. Cette revue a pour objectif de : 1) identifier les types de jeux associés au GD ; 2) évaluer les différences individuelles (comme l’âge, la personnalité, la dépression) dans les relations entre le jeu et le symptôme de GD.
23 études ont été identifiées dans les bases de données sur les relations entre les types de jeux et le GD ; 13 utilisant des analyses multivariées. Le joueur rapportant un GD montre : de l’impulsivité, de la prise de risques, des symptômes psychopathologiques comme la dépression, l’anxiété, des motivations de jeu plus fortes (évasion, réussite). L’engagement dans les MMORPG est le plus lié au GD. En effet, les joueurs problématiques de MMORPG ont tendance à avoir un profil d’anxiété sociale et peuvent être attirés par les rôles et les conventions de ce genre. Les joueurs problématiques de FPS ont un score élevé par rapport aux autres joueurs pour tout ce qui va être lié à la recherche de sensations et l’impulsivité.
Ces résultats suggèrent que le GD peut se développer plus facilement et plus sévèrement dans les cas complexes de jeux sociaux sans fin, quelles que soient les caractéristiques de la personne. Certaines vulnérabilités chez les joueurs peuvent augmenter sélectivement le risque de GD pour certains types de jeux. Des recherches plus poussées devraient étudier les différentes interactions entre les joueurs et les jeux pour affiner les modèles actuels et les interventions en matière de GD.

Lire l’abstract

Article curé et rédigé par l’IFAC CHU-Nantes

À lire aussi