À propos d'un trouble de l'évidence corporelle dans l'anorexie

Autres addictions comportementales / 7 février 2019

Autres addictions comportementales
Addiction Autres addictions comportementales - À propos d'un trouble de l'évidence corporelle dans l'anorexie

Dans cet article, les auteurs proposent « d’approcher l’anorexie selon une démarche phénoménologique. La phénoménologie, au contraire des approches cognitivistes, invite à considérer l’expérience corporelle à partir d’elle-même ».

Objectifs

Les approches cognitivistes de l’anorexie insistent sur l’image déformée du corps chez les patients. L’expérience corporelle est ainsi réduite à sa représentation mentale. Dans ce travail, nous proposons d’approcher l’anorexie selon une démarche phénoménologique. La phénoménologie, au contraire des approches cognitivistes, invite à considérer l’expérience corporelle à partir d’elle-même.

Méthode

En suspendant les abstractions explicatives (neurobiologiques, psychanalytiques, cognitivistes) et sur la base de deux cas cliniques, nous étudions la manière dont se réorganise le sens de l’expérience du sujet dans l’anorexie. L’analyse s’inspire des travaux phénoménologiques de Edmund Husserl et Jean-Paul Sartre, de la sociologie de Pierre Bourdieu et, plus indirectement, de la théorie de l’embodied cognition.

Résultats

L’analyse phénoménologique de l’expérience ordinaire permet de souligner la réduction, dans l’anorexie, du vécu corporel aux sensations et à la représentation mentale du corps. Les patientes souffrent moins d’une image biaisée du corps objectif que d’une perte de l’évidence corporelle, associée à un investissement massif de la représentation du corps. Par « évidence corporelle » est désigné le rôle du corps en tant que vecteur tacite de participation au cours du monde.

Lire le résumé de l’article

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir

À lire aussi