» retour

L’addiction au sexe

Tout le monde (ou presque !) est intéressé par la sexualité : on peut avoir tout le temps envie, se poser des questions, trouver cela dégoûtant, préférer ne pas trop s’en approcher, mais une chose est sûre, elle ne laisse pas indifférent ! Pour certaines personnes, le rapport à la sexualité peut devenir un problème, une souffrance,voire provoquer une addiction.

J’ai tout le temps envie, suis-je « addict » au sexe ?

Quel que soit notre âge, il arrive d’avoir du désir pour quelqu’un, ou l’envie de se masturber pour se procurer du plaisir. Quand on est ado, cela peut même être très fréquent ! On découvre son corps et sa sexualité, ainsi que le corps de l’autre, ça peut occuper pas mal les pensées.

On ne peut pas vraiment parler de normalité en sexualité. Certaines personnes ont très souvent envie de faire l’amour, d’autres moins. Tout comme on peut être attiré par les garçons, par les filles, ou les deux. On peut aussi aimer utiliser des accessoires, inventer des scénarios pour augmenter son plaisir. On peut aimer certaines pratiques, d’autres moins.
Finalement dans le domaine de la sexualité, une très grande liberté est possible, tant que les personnes concernées sont consentantes et respectées !

Alors comment on sait si on a une addiction au sexe ?

Lorsque l’on parle d’addiction, il s’agit d’un trouble : c’est-à-dire que l’on est touché par quelque chose qui peut entrainer une souffrance importante, et des changements de comportement inquiétants.

On peut se demander si on souffre d’une addiction au sexe quand on ressent le besoin de changer fréquemment de partenaire sexuel, que l’on se masturbe frénétiquement, qu’on regarde énormément de vidéos pornographiques.

Voir la suite sur le site de Fil Santé Jeune

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Troubles alimentaires chez la femme autour de la quarantaine : similaires ou différents des troubles alimentaires chez les plus jeunes ?

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) se développent généralement au cours de l'adolescence et c'est également à cette période de leur vie que la plupart des patientes sont prises en charge. Des études récentes indiquent que 5% des femmes autour de la quarantaine souffrent de troubles du comportement alimentaires et qu'elles sont de plus en plus nombreuses à être admises dans les centres de soins spécialisés.


Le 07 Juin 18
IFAC-CHU Nantes