» retour

Le cri d’alarme d’ex-cadres de Google et Facebook: le smartphone et les réseaux sociaux rendent accro

La Silicon Valley californienne engendre ses propres “procureurs”, s’élevant contre les risques du numérique et les outils créés par les géants de la tech. Inquiets des effets néfastes des réseaux sociaux et des smartphones sur les jeunes, un groupe de cadres et d’experts américains des technologies, formé notamment d’ex-cadres de Facebook et Google, se sont regroupés dans l’association Centre for Human Technology (centre pour une technologie humaine). “Notre société est prise en otage par la technologie” est l’un des slogans figurant sur le site web de ce nouveau groupe de pression.

Associés au groupe de surveillance de médias Common Sense Media, ces experts du numérique vont financer une campagne de sensibilisation auprès de 55.000 écoles publiques aux États-Unis. Ils ont réussi ensemble à lever 7 millions de dollars pour cette campagne de prévention, au titre dénonciateur The Truth About Tech (la vérité sur la technologie), sur les risques liés à la dépendance aux smartphones et réseaux sociaux. Elle sera calquée sur les campagnes visant à dissuader la jeunesse de fumer ou de boire de l’alcool.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Antécédents de traumatismes dans l’enfance et troubles du comportement alimentaire à l’âge adulte : résultats issus d’un échantillon américain représentatif

Si les antécédents de traumatismes dans l’enfance sont des facteurs de risque bien connus de troubles de l’humeur, troubles anxieux, troubles de stress post-traumatique, troubles liés à l’usage de substance et de troubles de la personnalité, leurs liens avec les troubles des conduites alimentaires (=TCA) sont bien moins documentés.


Le 30 Oct 17
Article scientifique

Analyse en classes latentes des sous-types de joueurs et des traits impulsifs/compulsifs : est-il temps de repenser les limites diagnostiques du jeu pathologique ?

L'objectif de cette étude était d'identifier des sous-types de joueurs dans une population de 582 adultes jeunes jouant au moins 5 fois par an, et d'explorer les liens entre ces sous-types et des mesures cliniques (SCI-GD) et cognitives (tâches de stop-signal, de prise en décision et de flexibilité). Trois sous-types de joueurs ont été identifiés: joueurs récréationnels (60.2 %), joueurs problématiques (29.2%) et joueurs pathologiques (10.5%)


Le 08 Mar 18
IFAC-CHU Nantes