ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Chez les anciens militaires, l’exposition à des traumatismes de type militaire est associé à un risque accru de symptômes de troubles du comportement alimentaire

Autres addictions comportementales / 29 septembre 2017

Autres addictions comportementales
Addiction Autres addictions comportementales - ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Chez les anciens militaires, l’exposition à des traumatismes de type militaire est associé à un risque accru de symptômes de troubles du comportement alimentaire

 

 

 

Par Paul Brunault

 

Bien que les troubles du comportement alimentaire (TCA = anorexie mentale, boulimie nerveuse, hyperphagie boulimique) touchent plus fréquemment les femmes que les hommes, un nombre non négligeable d’hommes souffre de trouble du comportement alimentaire. Ceci est particulièrement vrai pour l’hyperphagie boulimique (aussi appelée « binge eating disorder »), pour laquelle le sex ratio est plus équilibré (1 homme pour 3 femmes contre 1 homme pour 1 femmes dans l’anorexie mentale). Dans la mesure où les anciens militaires (appelés « vétérans » aux Etats-Unis) sont particulièrement exposés aux traumatismes psychiques, et dans la mesure où il existe un lien entre exposition à des traumatismes psychiques et TCA, cette population est potentiellement à risque pour les TCA. Néanmoins, nous manquons actuellement de données concernant les TCA et l’association TCA – traumatismes psychiques dans cette population.

Les auteurs, issus de deux équipes américaines spécialisées dans les troubles du comportement alimentaire (Boston et Houston), ont mesuré les variables suivantes chez des vétérans américains : comportement alimentaire (Eating Disorder Diagnostic Scale, qui évalue les symptômes d’anorexie mentale, de boulimie nerveuse et d’hyperphagie boulimique à l’aide d’un auto-questionnaire),  traumatismes psychiques (i.e., traumatismes liés à l’activité militaire mais également antécédents d’abus physiques/sexuels dans l’enfance et à l’âge adulte) et trouble de stress post traumatique. L’objectif de ce travail était de chercher une corrélation entre ces mesures.

Le symptôme le plus fréquemment retrouvé était l’existence d’accès hyperphagiques (qui sont retrouvés dans la boulimie nerveuse et l’hyperphagie boulimique). L’exposition à un traumatisme lié à l’activité militaire, mais pas l’exposition à des traumatismes dans l’enfance, était associée à un score de TCA significativement plus élevé. Il existait un effet cumulatif du nombre de traumatismes, avec un risque de TCA plus sévère en cas de multiples traumatismes, quels que soient leurs types. Enfin, en prenant en compte tous les types de traumatismes en même temps (analyses multivariées ajustées sur les autres types de traumatismes), ils ont constaté que le score de TCA était expliqué par l’exposition à un traumatisme de type militaire (qui n’étaient pas nécessairement des traumatismes de combat), un âge plus jeune, et un Indice de Masse Corporelle plus élevé.

Les auteurs concluent qu’il est nécessaire de mieux évaluer les symptômes de TCA dans la population particulière que constitue les anciens militaires, et ils suggèrent de penser à rechercher dans ces situations là des antécédents de traumatismes psychiques de type militaire. Si l’association entre traumatisme psychique et addiction est bien documentée pour les addictions aux substances, ce travail suggère également un lien entre traumatismes et trouble lié à l’usage de l’alimentation dans une population particulièrement exposée au traumatisme psychique.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir

À lire aussi