» retour

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Video : comment les applis sont conçues pour nous rendre accros

Réseaux sociaux, messageries instantanées, applications de réservation ou de visionnage de vidéos, notre téléphone contient en moyenne quarante applis. Nous en utilisons dix par jour pendant deux heures en moyenne. Et ce n’est pas un hasard. Ces applications sont conçues pour nous retenir le plus longtemps possible. Nous avons cherché à en savoir plus.

Voir la vidéo sur le site de LCI

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Troubles alimentaires chez la femme autour de la quarantaine : similaires ou différents des troubles alimentaires chez les plus jeunes ?

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) se développent généralement au cours de l'adolescence et c'est également à cette période de leur vie que la plupart des patientes sont prises en charge. Des études récentes indiquent que 5% des femmes autour de la quarantaine souffrent de troubles du comportement alimentaires et qu'elles sont de plus en plus nombreuses à être admises dans les centres de soins spécialisés.


Le 07 Juin 18
IFAC-CHU Nantes
Revue de presse

ADDICTIONS AUX ECRANS / Ce que tous les parents devraient savoir : avis d’un expert

Si vous avez déjà vu les yeux vitreux d’un enfant qui regarde une troisième heure de dessins animés, ou que vous avez dû lui arracher des mains un dispositif de jeu alors qu’il vous supplie de le laisser terminer ce niveau de la partie, vous savez pourquoi le temps d’écran est un problème. Toutefois, les inquiétudes relatives au temps d’écran des enfants vont au-delà des crises de colère et des disputes.


Le 27 Fév 17
Article scientifique

Analyse en classes latentes des sous-types de joueurs et des traits impulsifs/compulsifs : est-il temps de repenser les limites diagnostiques du jeu pathologique ?

L'objectif de cette étude était d'identifier des sous-types de joueurs dans une population de 582 adultes jeunes jouant au moins 5 fois par an, et d'explorer les liens entre ces sous-types et des mesures cliniques (SCI-GD) et cognitives (tâches de stop-signal, de prise en décision et de flexibilité). Trois sous-types de joueurs ont été identifiés: joueurs récréationnels (60.2 %), joueurs problématiques (29.2%) et joueurs pathologiques (10.5%)


Le 08 Mar 18
IFAC-CHU Nantes