» retour

ECRANS / 5 conseils pour reprendre le contrôle sur votre smartphone

 

Le doute commence à s’instiller petit à petit. Depuis plusieurs mois maintenant, beaucoup considèrent que la combinaison des réseaux sociaux et du smartphone n’est pas vraiment bénéfique à notre santé. En jouant sur les circuits de la récompense, ils créeraient une addiction aussi importante que certaines drogues. Face à ces usages compulsifs, plusieurs acteurs ont commencé un travail de sensibilisation.

En décembre 2017, Mark Zuckerberg commençait à prendre conscience du problème, avant d’annoncer plusieurs modifications du Fil d’actualités, encourageant les utilisateurs à interagir avec leurs amis plutôt que de rester passifs. En janvier dernier, ce sont des actionnaires d’Apple qui ont publié une lettre ouverte demandant au géant américain de se pencher sur le problème de l’addiction des enfants aux iPhone.

Comment bien dépenser son temps

Enfin, encore plus récemment, d’anciens employés de Facebook et Google sont partis en guerre contre la surexposition aux écrans et se sont structurés autour du Center for Humane Technology. Ce dernier est l’héritage de Time Well Spent, une initiative créée à la suite d’une conférence TED de décembre 2014 donnée par Tristan Harris. Cet ancien employé de Google, désormais directeur exécutif de l’organisation, n’hésitait pas, lors de cette conférence, à comparer nos smartphones à des machines à sous.

1. Mieux gérer ses notifications

C’est certainement le conseil le plus important, le nerf de la guerre de la distraction. Au lieu d’accepter les notifications de toutes les applis installées sur votre smartphone, apprenez à les gérer autrement. Tout d’abord, désactivez les notifications envoyées automatiquement par les applications. Cela peut être fait également avec les réseaux sociaux qui ont tendance à vous notifier du moindre like d’un de vos amis.

Si vous avez vraiment peur de manquer un message important, conservez seulement les notifications des applications de messagerie, celles envoyées par de vrais humains qui veulent vous contacter et non pas des machines.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

L’addiction au travail

Dès le début du 20ème siècle on peut lire des écrits mentionnant chez certaines personnes, des troubles somatiques et un « ennui chargé de tension », les dimanches et jours de congé. Plus tard, en 1971, est édité le livre « Confessions of a workaholic » dans lequel W.E. Oates, professeur de psychologie et de théologie à l’Université de Louisville (Kentucky) crée le néologisme : « workaholism » composé des mots « work » : travail et « alcoolisme », pour décrire la dépendance au travail qui lui évoque la dépendance à l’alcool.


Le 24 Nov 17
Article scientifique

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Classifications des populations addictes au travail, traitement et mesure du Workaholisme

Cette étude présente les typologies de personnes addictes au travail avec la description de trois études de cas. A la fin, des informations sont apportées concernant le traitement et la mesure du workaholisme. Ces classifications, décrites dans ce papier et présentées après Spitzalak. En accord avec la définition concernant le fonctionnement des workaholique, amené par les sources utilisés, il est intéressant de noter qu'une telle perso connait des émotions, pensées et comportements spécifiques typiques d'une addiction...


Le 12 Juin 17