» retour

L’addiction au travail

Qu’est-ce que l’addiction au travail

Même si celle-ci n’est pas classée comme addiction comportementale dans le DSM, elle correspond à un investissement excessif dans les activités professionnelles.
F. Limosin, psychiatre français a listé les principales caractéristiques de l’addiction au travail :

  • Hyperactivité
  • Esprit de compétition et de défi
  • Désir intense de satisfaction professionnelle
  • Culte de l’entreprise et du travail
  • Relation difficile avec les loisirs
  • Détente difficile pendant les vacances et les week-ends (fréquemment associée au fait d’apporter du travail sur le lieu même des vacances)
  • Négligence de la vie familiale
  • Manifestation de stress liées au travail.

 

Epidémiologie

Dans l’article « Workaholisme : état des connaissances1 », T. Burcoveannu fait état de plusieurs enquêtes. L’étude de J.T. Spence et A.S.Robbins aux Etats-Unis a porté sur 291 travailleurs (134 hommes et 157 femmes) et a révélé que 13 % des femmes et 8 % des hommes interrogés présentaient des critères de workaholiques.
Au Japon une étude3 publiée en 2011  a montré  une prévalence de 31 ,2 % chez les hommes et de 27,6 % chez les femmes.
En Norvège4 , les workaholiques de l’enquête menée chez des journalistes était de 12,3 %.

 

… Et en France

Trois études, une réalisée en 2005 chez des personnels navigants5  a montré un risque de 8 % d’addiction au travail. La deuxième étude, enquête menée auprès de salariés parisiens6  a relevé 12 % de salariés à risque. La troisième a interrogé tous les médecins du CHU de Nantes7. Sur les 444 répondants, on peut considérer que 13 % sont addicts au travail et que plus de 35 % seraient à risques.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / « C’est pour le boulot » : racontez-nous votre connexion permanente

Le 1er janvier prochain, la loi travail El Khomri entre en application. Parmi les mesures, une seule a fait l’unanimité : le droit à la déconnexion. Ce que dit l’article 55 de la loi : A partir du 1er janvier, les entreprises de 50 salariés et plus devront ouvrir des négociations pour mettre en place des dispositifs de « régulation de l’utilisation des outils numériques » pour assurer le respect des temps de repos et de congés.


Le 03 Jan 17
ANPAA