» retour

NUMERIQUE / Comment l’addiction aux notifications des smartphones ruine notre quotidien

C’est l’une des armes principales des fabricants pour vous rendre littéralement accro à votre smartphone : les notifications. Ces petites bulles souvent rouges, avec un irrésistible nombre à l’intérieur, pullulent sur les écrans. De plus en plus envahissantes, elles nourrissent pleinement la relation malsaine que nous nouons désormais avec notre téléphone mobile.

“Usage problématique”

Messages, alertes, mails, ou encore mises à jour… difficile de s’y retrouver avec autant de fonctions. Les notifications se sont développées à grande vitesse, et embrassent maintenant un usage multiple. “Lire ses mails, se tenir informé, faire ses courses, sont des habitudes qui appartiennent au quotidien des êtres humains du XXIe siècle”, explique l’addictologue Nicolas Bonnet aux Inrocks, qui précise que “les données scientifiques actuelles ne parlent pas de dépendance pour les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, ndlr), mais d’un usage problématique”.

Et ce n’est pas pour rien qu’elles inondent les smartphones. Ces petits points rouges incitent à rester sur son mobile, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus un seul. Une tâche plus compliquée qu’il n’y paraît, au vu de leur fréquence. D’autant plus que la classification des priorités sur le téléphone s’avère de plus en plus laborieuse pour l’utilisateur.

Cet “usage problématique” découle principalement du contexte professionnel, selon Nicolas Bonnet. “L’attente des notifications est à mettre davantage en lien avec les nouvelles conditions d’exercice professionnel où tout devient prioritaire et nécessite une réponse immédiate.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

L’addiction au travail

Dès le début du 20ème siècle on peut lire des écrits mentionnant chez certaines personnes, des troubles somatiques et un « ennui chargé de tension », les dimanches et jours de congé. Plus tard, en 1971, est édité le livre « Confessions of a workaholic » dans lequel W.E. Oates, professeur de psychologie et de théologie à l’Université de Louisville (Kentucky) crée le néologisme : « workaholism » composé des mots « work » : travail et « alcoolisme », pour décrire la dépendance au travail qui lui évoque la dépendance à l’alcool.


Le 24 Nov 17
Actualités

Accompagnement des binômes référents « Addiction Sans Substance »

La Fédération Addiction a impulsé, en 2016, un groupe de travail composé d’une douzaine de binômes « Addiction Sans Substance (ASS) ». Ce groupe - via l’élaboration et la diffusion d’un questionnaire - a travaillé à la réalisation d'un  état des lieux des pratiques en vu d'élaborer un document de synthèse proposant des repères (missions, périmètre, etc.) et des outils d’intervention.


Le 04 Juin 18
IFAC-CHU Nantes