Pourquoi les narcissiques risquent plus de développer une addiction à facebook (anglais)

Autres addictions comportementales / 29 septembre 2017

Autres addictions comportementales
Addiction Autres addictions comportementales - Pourquoi les narcissiques risquent plus de développer une addiction à facebook (anglais)

 

 

 

Par Paul Brunault

 

S’il est désormais bien démontré que des traits de personnalité narcissique sont un facteur de risque d’usage problématique des réseaux sociaux, les raisons exactes sous tendant cette association sont actuellement à déterminer.

Des chercheurs de l’université Florence ont proposé un modèle théorique permettant d’expliquer pourquoi les personnes ayant des traits de personnalité narcissiques plus marqués étaient à plus fort risque de développer une addiction aux réseaux sociaux : selon eux, les personnes narcissiques seraient plus à risque de développer une addiction à Facebook le besoin d’appartenance à un groupe social et le besoin de se faire admirer seraient les deux dimensions psychopathologiques pouvant expliquer cette association.

Pour tester cette hypothèse, ils ont mesuré chez 550 étudiants le niveau de narcissisme, l’addiction à Facebook, le besoin de se faire admirer et le besoin de se sentir appartenir à une communauté (auto-questionnaires). A l’aide de modèles statistiques spécifiques (équations structurales permettant de tester un modèle de médiation), ils ont constaté qu’une certaine forme de narcissime (le narcissisme dit « grandiose », qui se caractérise par une estime de soi et une extraversion plus élevées) était associée à l’addiction à Facebook, et que chez ces personnes, le besoin de se faire admirer et le besoin de se sentir appartenir à une communauté pouvaient expliquer une proportion importante de l’addiction à Facebook (un tiers).

Bien que ce travail présente certaines limites (l’usage problématique de Facebook peut-il s’apparenter à un trouble addictif ? cela n’est pas encore validé sur le plan scientifique ; et si oui, comment évaluer l’addiction à Facebook ?), ce travail permet de contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes psychologiques sous-tendant l’usage problématique des réseaux sociaux, en mettant en évidence un facteur de vulnérabilité original dans le domaine des addictions.

En tous cas, si vous pensez que l’un de vos proches est dépendant des réseaux sociaux, n’oubliez pas de lui proposer de remplir un petit questionnaire de narcissisme, cela vous permettra peut-être de mieux comprendre les raisons de son addiction !

 

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir

À lire aussi