Le monde du travail

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / L'addiction aux écrans, maladie grave chez les enfants de 0 à 4 ans

Des professionnels de la petite enfance lancent un cri d’alarme: avant 6 ans, la surexposition aux écrans nuirait gravement au développement cérébral. Un lien avec des formes d'autisme pourrait être établi. Pour l'heure, le ministère de la Santé se tait.

Autres addictions comportementales

Une alerte sanitaire d’un nouveau type vient d’être lancée en France. Elle concerne l’impact d’une surexposition aux écrans sur le développement cérébral des jeunes enfants. Cette alerte sans précédent emprunte aujourd’hui des chemins de communication en périphérie des institutions officielles.

Ce fut tout d’abord une remarquable vidéo réalisée par le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de la Protection maternelle et infantile du département l’Essonne: «Les écrans  un danger pour les enfants de 0 à 4 ans». Vingt-et-une minutes durant lesquelles le Dr Ducanda lance, calmement, pédagogiquement, une alerte essentielle. Une vidéo à partager, à diffuser, dans laquelle cette spécialiste fait part de son expérience et fait le lien avec les «troubles du spectre autistique» et les «troubles envahissant du développement».

Une alerte sanitaire d’un nouveau type vient d’être lancée en France. Elle concerne l’impact d’une surexposition aux écrans sur le développement cérébral des jeunes enfants. Cette alerte sans précédent emprunte aujourd’hui des chemins de communication en périphérie des institutions officielles.

Ce fut tout d’abord une remarquable vidéo réalisée par le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de la Protection maternelle et infantile du département l’Essonne: «Les écrans  un danger pour les enfants de 0 à 4 ans». Vingt-et-une minutes durant lesquelles le Dr Ducanda lance, calmement, pédagogiquement, une alerte essentielle. Une vidéo à partager, à diffuser, dans laquelle cette spécialiste fait part de son expérience et fait le lien avec les «troubles du spectre autistique» et les «troubles envahissant du développement».

Voir la suite sur salte.fr en cliquant sur « Consulter en ligne »

En savoir plus

À lire aussi