Portail Milieu Professionnel

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Le jeu vidéo, ce sempiternel accusé à l'origine du mal-être adolescent

Il y a quelque temps, un jeune garçon de 12 ans est venu me voir avec sa mère. Il m'a serré la main, murmuré un petit bonjour avant de s'asseoir poliment, puis il a fait comme la plupart des enfants, il s'est tu et a écouté les adultes parler de lui.

Autres addictions comportementales

La situation que la mère me décrit est à la fois semblable à celle de nombreux parents d’adolescents et à chaque fois différente, unique, touchante, aussi. « Il travaille moins à l’école me dit-elle, on ne se parle plus à la maison, il reste dans sa chambre, on doit se battre pour les horaires, l’appeler dix fois de suite et attendre, toujours l’attendre. Il a l’air de ne penser qu’à ça. Désormais, il ment et il a même séché le tennis, tout ça pour pouvoir jouer, et quand on l’arrête, il se met dans des états pas possibles, on dirait qu’il est en manque. C’est une vraie « addiction » dit-elle pour conclure, justifiant ainsi le fait de venir voir un spécialiste. Je demande au garçon ce qu’il en pense. Tête baissée, il répond « peut-être, je ne sais pas ».

Pour le grand public, l’addiction aux jeux vidéo et à Internet ne fait aucun doute. Elle est incarnée par la figure du jeune, reclus dans sa chambre sur son ordinateur, le no-life comme on dit, qui refuse de voir du monde et de bouger, – de socialiser et de s’auto-activer dirait Alain Ehrenberg. Ces situations bien que rares existent malheureusement, et c’est une grande partie de ma clinique depuis une dizaine d’années.

 

Vous pouvez lire l’article en entier sur le site de France culture et écouter le Podcast en cliquant sur « Consulter en ligne »

En savoir plus

À lire aussi