» retour

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Tablettes : des effets similaires à la cocaïne chez les enfants

Smartphones, tablettes : à consommer avec modération ! Pour les enfants, l’usage ces appareils a le même effet que l’alcool ou la cocaïne. C’est ce qu’a affirmé une spécialiste des addictions, Mandy Saligari, lors d’une conférence sur le développement des adolescents organisée à Londres (Royaume-Uni).

« Je dis toujours aux parents : quand vous donnez une tablette ou un smartphone à votre enfant, c’est comme si vous leur donniez une bouteille de vin ou un gramme de cocaïne », a affirmé ce médecin, dont les propos sont rapportés par The Independent.

Des compagnons inséparables

Dans la clinique de l’addictologue britannique, le nombre de consommations pour addiction aux supports numériques a explosé. Il faut dire que l’usage d’appareils connectés est largement répandu. Rien qu’en France, 38 % des enfants possèdent une tablette, 29 % un smartphone et 15 % une tablette destinée aux plus jeunes.

Ces objets servent autant de doudou que de confident, tout en permettant d’écouter de la musique… Bref, ils sont devenus des compagnons dont il est presque impossible de se séparer.

Si le terme d’addiction, à proprement parler, reste débattu, la question d’un usage problématique est régulièrement soulevée. « Comme pour toute addiction, ce qui va donner l’alerte, c’est l’impossibilité de faire sans », résumait récemment Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction. Des manifestations de colère, d’angoisse ou de frustration par exemple.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ADDICTIONS AUX ECRANS / Ce que tous les parents devraient savoir : avis d’un expert

Si vous avez déjà vu les yeux vitreux d’un enfant qui regarde une troisième heure de dessins animés, ou que vous avez dû lui arracher des mains un dispositif de jeu alors qu’il vous supplie de le laisser terminer ce niveau de la partie, vous savez pourquoi le temps d’écran est un problème. Toutefois, les inquiétudes relatives au temps d’écran des enfants vont au-delà des crises de colère et des disputes.


Le 27 Fév 17