» retour

Un nouveau logo pour signaler les jeux vidéo qui font dépenser de l’argent

Votre enfant vous demande s’il peut changer la tenue de son personnage sur Fortnite? S’il vous fait son plus beau sourire, c’est qu’il omet sans doute de vous dire que cela coûte de l’argent. Aujourd’hui, de nombreux jeux vidéo, sur mobile et ailleurs, proposent ce qu’on appelle des «micropaiements»: l’achat d’options à petits prix pour améliorer son expérience, réussir un niveau, décorer un personnage, etc. Pour aider les joueurs, et surtout leurs parents, à s’y retrouver, PEGI, le système européen de classification des jeux, annonce jeudi un nouveau logo d’alerte. Ce dernier, qui représente une main et une carte bancaire, légendé «achats intégrés», sera apposé aux jeux vidéo proposant des options payantes. Il doit apparaître sur les boîtes vendues en magasins, et sur les plateformes en ligne, d’ici la fin de l’année.

«Le fondement de PEGI est d’informer les consommateurs, notamment les parents, dans le cas de joueurs jeunes», explique Emmanuel Martin, délégué général du SELL, le syndicat français des éditeurs de logiciels de loisirs, au Figaro. C’est grâce au système PEGI que l’on peut savoir, par exemple, si un jeu est adapté à une personne de moins de 18 ans, ou s’il contient des contenus problématiques (mentions de drogues, mots vulgaires, référence à la sexualité, violence, etc). Le logo «achats intégrés» était déjà disponible depuis longtemps sur mobile, en suivant la classification de l’IARC (International Age Rating Coalition), une coalition mondiale d’évaluation des contenus des jeux vidéo. Il désigne «tous les jeux qui offrent la possibilité d’acquérir des biens virtuels avec de l’argent», via un abonnement ou une dépense unique”.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualités

Accompagnement des binômes référents « Addiction Sans Substance »

La Fédération Addiction a impulsé, en 2016, un groupe de travail composé d’une douzaine de binômes « Addiction Sans Substance (ASS) ». Ce groupe - via l’élaboration et la diffusion d’un questionnaire - a travaillé à la réalisation d'un  état des lieux des pratiques en vu d'élaborer un document de synthèse proposant des repères (missions, périmètre, etc.) et des outils d’intervention.


Le 04 Juin 18
IFAC-CHU Nantes
Article scientifique

Troubles alimentaires chez la femme autour de la quarantaine : similaires ou différents des troubles alimentaires chez les plus jeunes ?

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) se développent généralement au cours de l'adolescence et c'est également à cette période de leur vie que la plupart des patientes sont prises en charge. Des études récentes indiquent que 5% des femmes autour de la quarantaine souffrent de troubles du comportement alimentaires et qu'elles sont de plus en plus nombreuses à être admises dans les centres de soins spécialisés.


Le 07 Juin 18
IFAC-CHU Nantes