Autres addictions comportementales - Traitements dépendance affective

Un patient vient rarement consulter directement pour une addiction sexuelle ou affective, souvent le motif est autre (dépression, suicide, anxiété, autres addictions).

Le plus souvent, le traitement ne se fait pas seul mais avec la personne qui partage la vie du dépendant sexuel. Les traitements sont essentiellement psychothérapiques, principalement les thérapies cognitivo-comportementales. Ces thérapies permettra au patient à restructurer sa sexualité en la rendant plus adaptée à sa vie personnelle. Il faut en premier lieu que l’addict admette son impuissance face à son problème et décrypter le système de croyance sur lequel se fonde le sujet, elles permettent aussi d’améliorer ses relation avec ses proches. Il faut reconnaître les différents déterminants (culturels, familiaux, croyances personnel) qui ont mené au problème afin que la personne ne se sente pas démuni face à celui-ci.

L’addict soit aussi pouvoir être capable de demander pardon à ceux qu’il a fait souffrir, cela permet de reprendre la responsabilité de ses actes et donc de prendre conscience de son problème. Il faut aussi prouver à la personne dépendante qu’il est digne de confiance et que ses proches se soucient réellement de ses souffrances.

Le travail cognitif dans le traitement de la dépendance sexuelle consiste donc à démonter les affirmations fausses effectuées par le système de croyance ( « personne ne peut m’aider », « le sexe est mon besoin le plus important », « Je ne suis pas une personne digne »…). Ce travail aborde les notions d’envie, de besoins pour tenter de comprendre les motivations réelles du sujet. Des techniques de désensibilisation sont aussi utilisée à l’aide de stimulis auditif ou visuels afin d’accroître l’activité sexuelle non déviante.

Les groupes de soutien sont également un outil important pour revaloriser l’estime de soi et parler en confiance de son problème avec des personnes qui eux aussi ont eu des troubles liés à une dépendance sexuelle. En France, le groupe « Dépendants affectifs et sexuels anonymes » s’adresse aux personnes souffrant de cette addition.

En ce qui concerne la prise en charge médicamenteuse, des antidépresseurs serotoninergiques pourront être prescrits.

 

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir