Portail Milieu Professionnel

Les filles présentes sur les réseaux sociaux sont plus sujettes à la dépression que les garçons

Une étude britannique suggère qu'il existe une corrélation entre une utilisation intensive des réseaux sociaux et l'apparition de symptômes de dépression chez les adolescent(e)s. Elle se révèle même être plus importante pour les filles que pour les garçons.

Autres addictions comportementales

Une étude britannique suggère qu’il existe une corrélation entre une utilisation intensive des réseaux sociaux et l’apparition de symptômes de la dépression chez les adolescentes et adolescents. Elle se révèle même être plus importante pour les filles que pour les garçons.

«La différence est alarmante», souligne Yvonne Kelly, autrice de la recherche et professeure d’épidémiologie et de santé publique au University College de Londres. Parmi les jeunes qui passent au moins cinq heures par jour sur les réseaux sociaux, l’étude a montré une augmentation de ces symptômes de 50% chez les filles, contre 35% chez les garçons, par rapport à des jeunes qui y naviguent entre une et trois heures par jour. «Nous étions plutôt surpris en voyant les chiffres et ces pourcentages», note Kelly.

Les données ont été récoltées par Millennium Cohort Studyvia des questionnaires adressés à 10.904 ados britanniques nés entre 2000 et 2004. Une des raisons qui pourraient expliquer cette différence entre les genres est une utilisation des réseaux sociaux plus prononcée chez les filles que chez les garçons. 43,1% d’entre elles y passent plus de trois heures par jour, pour seulement 21,9% d’entre eux. «Pour les deux, plus ils y passent de temps, plus ils encourent de risques d’avoir des problèmes de santé mentale, mais peu d’études ont réussi à avancer une explication», indique Kelly.

Lire l’article sur le site slate.fr

En savoir plus

À lire aussi