Autres addictions comportementales - Sortir des troubles alimentaires

Soigner l’anorexie 

Le traitement doit être le plus précoce possible. Il doit impliquer un psy (psychiatre/psychologue et un somaticien (médecin généralise, nutritionniste…) pour la surveillance du poids et la correction des troubles. Les objectifs de la prise en charge sont de maintenir le poids et obtenir un retour à un comportement alimentaire adapté. La prise en charge nutritionnelle est extrêmement importante, elle est là pour enrayer la perte de poids (1KG par semaine en moyenne). Il est recommandé de proposer une nutrition par voie orale avec reprise d’une alimentation adaptée qui peut être secondée par des compléments alimentaires. La prise en charge psychologique est un élément très important du processus de soin de l’anorexie. L’approche cognitive est utilisée, elle permet d’initier une rééducation nutritionnelle, des thérapies familiales sont aussi proposées car l’anorexie peut-être le symptôme d’un dysfonctionnement familial durant l’adolescence. Il n’y a pour le moment aucune prise en charge médicamenteuse qui s’est avéré efficace.

Traiter la boulimie

Le traitement doit être adapté aux facteurs multiples de la maladie, l’accompagnement est transdisciplinaire : médicamenteux, psychothérapique, relaxation, diététique… Le traitement se déroule presque exclusivement en ambulatoire mais peut nécessiter une hospitalisation dans les cas les plus sévères. Il est primordial de briser le cercle vicieux de la boulimie en incitant progressivement les patients à retrouver un équilibre alimentaire plus régulier. Les conseils sur la gestion des vomissements/laxatifs sont très importants pour orienter les soins du malade. La thérapie cognitivo-comportementale est utilisée pour gérer les comorbidités dépressives. Du point de vue du traitement médicamenteux la fluoxetine est de loin le traitement le plus utilisé. La posologie doit être supérieure à celle utilisée pour la dépression soit 60mg/jour.

Traiter le Binge Eating 

Le traitement pour le Binge Eating est sensiblement similaire à celui utilisée pour la boulimie en termes de gestion psychothérapique et médicamenteuse. La principale différence repose sur l’importance d’expliquer au patient que la thérapie n’a pas vocation à le faire maigrir mais à contrôler les épisodes boulimiques, relativiser les attitudes vis-à-vis de la silhouett et du poids. La prise en charge psychothérapique e base sur une thérapie cognitivo-comportementale ainsi qu’un travail sur l’estime de soi et les crises de boulimie. Les thérapies visant à la régulation des émotions et sur la tolérance ont montré des résultats probants pour les personnes souffrant de boulimie conjoint à des troubles de la personnalité. A forte dose, els antidépresseurs peuvent s’avérer efficaces. (Topiramate)

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir