Portail Milieu Professionnel

Autres drogues - Les complications de la MDMA

  Risque immédiat : Le MDMA entraîne une mydriase (pupille dilatée), du bruxisme (mâchoires crispées, tremblements musculaires), des nausées et des vomissements sont possibles également une hausse de la pression sanguine. La consommation de MDMA peut être particulièrement éprouvante pour le corps (en particulier pour le coeur, le foie et les reins). L'élévation de la température du corps peut entraîner…

 

Risque immédiat :

Le MDMA entraîne une mydriase (pupille dilatée), du bruxisme (mâchoires crispées, tremblements musculaires), des nausées et des vomissements sont possibles également une hausse de la pression sanguine. La consommation de MDMA peut être particulièrement éprouvante pour le corps (en particulier pour le coeur, le foie et les reins). L’élévation de la température du corps peut entraîner un coup de chaleur, une déshydratation. Une surdose peut être responsable de crampes et d’hallucinations. Si vous avez expérimenté ses effets lors de l’usage c’est que vous étiez surdosés et avait donc pris plus de risques. Le MDMA peut entraîner des risques d’épilepsies et dans certains cas de syndrome sérotoninergique seul ou en associations avec d’autres substances ou médicaments.

La consommation de MDMA est toxique pour le foie, et peut être particulièrement dangereuse en cas de troubles cardiaques,  d’asthme, d’épilepsie, de diabète.

Interactions :

Le MDMA interagit avec différents produits et médicaments notamment :

  • L’alcool : augmente la toxicité pour le foie, peut ralentir le métabolisme de la MDMA et ainsi augmenter sa concentration dans le corps.
  • Les IMAO (Aurorix, Niamide, Iproclozide…) : risque de syndrome sérotoninergique : danger mortel.
  • Les ISRS (Prozac, Lexapro, Zoloft, Deroxat…) : diminuent les effets ressentis, ne pas augmenter les doses pour compenser.
  • Le tramadol : risque de syndrome sérotoninergique et d’épilepsie majoré.
  • Les amphétamines : augmentation du risques de surchauffe, hyperthermie et de troubles du rythme cardiaque.
  • La cocaïne : les effets se masquent réciproquement.
  • Le LSD, les champignons hallucinogène : augmentation du risque de bad trip.

 

Risques à long terme

La consommation fréquente d’ecstasy comporte souvent une augmentation des doses consommées. Des consommations trop importantes ou fréquentes peuvent entraîner des altérations du système sérotoninergique qui peuvent induire des troubles cognitifs ou des symptômes dépressif transitoires ou plus persistants. Plus rarement des cas de syndrome post hallucinatoire persistant ont été reportés suite à des consommations de MDMA. Dans certains cas la MDMA peut entraîner une forte accroche psychologique, avec une envie de reprendre du produit plus régulièrement.

 

Risques liés au marché noir:

De nombreux comprimés d’ecstasy sont en circulation avec des dosages moyens de plus en plus haut et très régulièrement des comprimés dosés à plus de 200 mg, jusqu’à 250 mg soit deux à trois doses, selon les corpulences.

 

Des comprimés vendus pour de l’ecstasy contiennent parfois d’autres produits comme du 2C-B, des cathinones de synthèses (3MMC) ou d’autres produits encore qui peuvent présenter d’autres effets et risques.

 

Il y a donc des risques importants de connaître une surdose en avalant un comprimé entier ou moins fréquemment de ressentir des effets liés à d’autres produits.

Pour accéder à des contenus plus scientifiques sur le sujet, cliquez sur En savoir plus

 

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir