Portail Milieu Professionnel

Le sucre, un ami qui ne vous veut pas du bien

  Du sucre, il y en avait dans les cigarettes que vous ne fumez plus. Du sucre, il y en a à portée de main, partout, sur les rayonnages des magasins, et dans les placards de la maison. Du sucre visible, dans la boite à sucre ou dans le miel ou le sirop, mais aussi du sucre comme conservateur dans…

 

Du sucre, il y en avait dans les cigarettes que vous ne fumez plus. Du sucre, il y en a à portée de main, partout, sur les rayonnages des magasins, et dans les placards de la maison. Du sucre visible, dans la boite à sucre ou dans le miel ou le sirop, mais aussi du sucre comme conservateur dans les confitures, mais on sait qu’il est là. Sait-on qu’un yaourt 0% nature contient plus de sucre qu’un yaourt nature au lait entier ? L’industrie agro-alimentaire utilise massivement le sucre, caché cette fois, pour compenser les normes et l’image négative des graisses et du gras.

Le sucre omniprésent dans l’alimentation

Le sucre est source de plaisir. Il est indispensable pour nourrir les cellules du cerveau. Mais en quantité raisonnable. L’OMS conseille depuis 2015 de limiter les apports quotidiens de sucre à moins 5% des apports caloriques, soit 25g, soit 6 cuillères. Le yaourt 0% nature évoqué plus haut contient déjà près de 5g de sucre… Pour les sodas, une cannette de 33 cl contient déjà 2 fois la dose maximum journalière. Depuis le 1er juillet et la mise en place de la taxe soda, les fabricants ont remplacé une partie du sucre (jusqu’aux deux tiers) par un édulcorant, Stevia ou Aspartame.

Mais il est aussi dans le ketchup ou la sauce tomate, dans les conserves, dans les plats préparés industriels.

Le sucre, un  produit addictif ?

Un comportement addictif pour la consommation de sucre a été observé dans des études sur les rats en 2001 et 2007. Il est toujours difficile d’extrapoler à l’humain, mais l’attirance des personnes en sevrage tabagique pour les encas sucrés est source de prise de poids, qui n’est plus freinée par la fumée de cigarette.

Des industriels organisés et puissants freinant les avancées en santé publique

Il est à noter également un comportement parallèle de l’industrie du tabac et de l’industrie sucrière pour masquer les effets de santé publique de la consommation de leurs produits, connus dès les années 1950. La firme Coca Cola a pris en 1978 le contrôle de l’International Sugar Research Foundation, crée en 1943 pour défendre les intérêts de la filière sucrière. Sur le sujet des caries dentaires, cette organisation a milité pour le développement du fluor dans les dentifrices plutôt que de faire baisser la part de sucre dans l’alimentation quotidienne, notamment des enfants. La recommandation de l’OMS sur les 5% de sucres dans l’apport calorique quotidien a mis près de 40 ans à passer le barrage des lobbies sucriers (1989- 2015), recommandation destinée à lutter contre le diabète et l’obésité.

Pour la France, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), dans le cadre du PNNS (Programme National Nutrition Santé) a publié en janvier 2017 un avis limitant à 100g l’apport de sucres dans le cadre des repères nutritionnels pour les personnes adultes, pas plus d’un verre par jour de boissons sucrées, y compris les jus de fruits.

 

Sources :

Wikipedia. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Effets_du_sucre_sur_la_sant%C3%A9
Le Monde : https://www.lemonde.fr/sante/article/2017/01/24/moins-de-viande-et-de-charcuteries-moins-de-sucre-les-recommandations-de-l-agence-sanitaire_5068115_1651302.html